Ecole du Chat de Saint Denis

site d'adoption d'animaux
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 L'histoire de Shirley, petite rescapée de la fourrière...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 385
Date d'inscription : 06/09/2006

MessageSujet: L'histoire de Shirley, petite rescapée de la fourrière...   Mar 10 Avr - 1:37

Voici l'histoire de Shirley, petite chatte rescapée de l'enfer de la fourrière...

Shirley avait à peu près 2 mois lorsqu'elle a été trouvé par une dame sur un trottoir d'Aubervilliers.
La dame l'amena à la fourrière, croyant bien faire, croyant que derrière ces portes de fer, cette petite chatonne aurait la chance d'être soignée, d'être adoptée...

Deux jeunes filles ont croisé la route de cette dame, et, aprenant qu'elle venait de déposer un chaton à la fourrière, ont décider de la sortir de là.
Ces jeunes filles savaient, que derrière ces portes de fer, l'espoir n'existe pas.
L'espoir n'existe pas, seule la chance décide de votre passage à l'adoption, et il n'y a pas de place au refuge d'à côté pour les chatons de 2 mois, qui plus est malade.

Aurélie et Audrey ont du jouer des pieds et des mains pour réussir à faire sortir Shirley.

Shirley devait être euthanasiée, comme la plupart des animaux abandonnés qui attérissent dans cette fourrière.
Il a fallu les harceler, aller presque tous les jours à la fourrière prendre des nouvelles de la chatonne.
Le fait qu'une association (la notre) veuille bien la prendre en charge, ne changeait rien pour les employés de la fourrière.
Ca n'était pas la première fois qu'on nous aurrait refusé la sortie de chats voués à l'euthanasie. C'est chose courrante dans cette fourrière qui préfère euthanasier les animaux plutôt que de les céder à des associations.

Shirley a vécu 8 jours d'enfer, enfermée dans une cage, souillée de ses excréments, ne mangeant pratiquement pas.

Au bout de ces 8 jours, enfin, Audrey et Aurélie ont pu faire sortir la petite chatonne.
C'est un petit corps cadavérique et le poils colé de diahrée qui fut tendue aux deux jeunes filles.
Un petit paquet de merde puant, comme l'a si bien suggéré l'employé de la fourrière.

Petite Shirley, voilà à quoi tu ressemblais en sortant de cette fourrière, petit corps frêle que la vie avait presque quittée


Notre vétérinaire a suivi Shirley pour sa diahrée, elle a eu droit également à de la nourriture spécial vétérinaire.
Il a fallu la "gaver" les premiers temps, car elle était bien trop faible pour manger toute seule. Des biberons de lait maternisés sont venus compléter son alimentation.
Shirley ne mangeait pas beaucoup, mais faisait des câlins, seule touche d'espoir de la voir reprendre du poils de la bête, elle si lâsse et trop calme pour un chaton de son âge!

Petit à petit, tu as découvert qu'ici tu avais le droit de vivre, que tu étais aimé et que tout serait tenté pour te sauver.
Tu a découvert les autres animaux, chats et chiens





Shirley a fini par se remettre de ce qu'elle avait vécu, et sa santé s'est améliorée.
Son corps grandissait enfin en même temps qu'il prenait du poids, et nous avons compri qu'enfin, tu était sauvée.

Merci à Aurélie et Adrey pour t'avoir sauver la vie.
Merci Jacqueline qui t'as refait une beauté et m'a donné quelques "trucs" pour prendre soin de toi.
Et Merci à John et Caro pour t'avoir offert ton foyer définitif.


11 aout 2006:


22 septembre 2006



4 décembre 2006



mars 2007
Shirley a été stérilisé afin de pouvoir rejoindre sa famille d'adoption



Aujourd'hui, Shirley est une magnifique chatte, et nous lui souhaitons bonne route! love




Dernière édition par le Sam 21 Avr - 19:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 385
Date d'inscription : 06/09/2006

MessageSujet: Re: L'histoire de Shirley, petite rescapée de la fourrière...   Sam 21 Avr - 18:57

Voici un texte qu'a écris Aurélie, une des jeunes filles qui ont sorti Shirley de la fourrière.
Elle y raconte les périples que l'on peut rencontrer lorsque l'on désire sauver un des chats de cette fourrière, où le chantage à l'euthanasie est de mise, et le refus de céder gratuitement à des associations des animaux voués à l'euthanasie est quelque chose de courrant.

Comme nous l'a si bien dit un des employé de la fourrière, lorsqu'il nous a refusé la sortie d'une portée de chatons qui allés être piqués: "la fourrière c'est du bissness"...

A vous de juger...



"C’était un jour, pendant une semaine du mois de…2006, moi, Audrey et sa mère étions parties à la recherche d’un chat blessé qui, une fois arrivé sur place nous n’avons malheureusement pas trouvé.
Nous sommes donc allées nous renseigner auprès des personnes travaillant tout près, leur demandant s’ils l’avaient aperçu. Ils nous ont dit que non, donc pour pouvoir lui venir en aide s’il revenait, nous leur avons laissé nos numéros afin qu’ils puissent nous prévenir.

Voyant que nous étions là pour venir en aide aux chats en difficulté, une dame nous a informé que la veille, elle avait apporté un chaton tout jeune à la fourrière de Gennevilliers. De cela nous avons été franche avec elle, nous lui avons dit qu’il y avait des risques qu’il ne passe pas les portes de la fourrière et qu’il finisse euthanasié.
A cette information, cette dame a fondu en larme affirmant qu’elle l’avait envoyé directement à la mort sans le vouloir puisque son premier but était de lui offrir un endroit ou manger et sans risques.

Après l’avoir réconforté nous lui avons proposé de téléphoner à la fourrière pour régler ce mal entendu. Bien sûr personne n’a décroché.
Nous lui avons donc promis qu’on ferai tout notre possible pour sortir ce chaton de cet endroit. Nous étions donc venu pour un chat à ramasser et nous sommes reparties avec un chaton à sortir de l’enfer….

Le jour même nous nous sommes rendues à cette fameuse fourrière. Je ne cacherais pas mes mots en disant que quand nous sommes arrivées, l’odeur était insupportable, car il s’agissait de l’odeur du désespoir, de la souffrance et de la mort…
Nous avons donc attendu notre tour. Au-dessus de nous on entendait une fille crier en rigolant « Qui vient tuer des chats avec moi ? ». Impossible de vous dire la haine ressenti à ce moment là. L’envie de pleurer pour ces animaux qui étaient lâchement abandonnés, l’envie de tous les sortir de là et de leur offrir une vie nous envahissait l’esprit. Qui aime les animaux, n’aurait pas pu supporter cela…

Notre tour est enfin arrivé. De peur de se faire rejeter car il ne s’agit pas de notre chaton, nous mentons légèrement dessus disant qu’en fait il s’agit de notre chaton qui s’est enfuit et qu’on a déposé la veille. On nous dit que le chaton est très faible et qu’il lui faut des soins. Ils ne sont même pas sûr qu’il s’en sortira. On nous demande de repasser le lendemain car ils ne peuvent pas laisser partir un animal non pucé. On accepte.

Le lendemain on revient. Finalement on dira la vérité, on leur dira qu’il s’agit bien d’un chaton trouvé qu’on aimerai sortir de là et faire adopter via une association.
On nous dit qu’il faut attendre que les soins vétérinaire fassent effets pour pouvoir mettre la puce et espérer pouvoir le sortir avant la fin du délai. On nous dit aussi que les soins apporté, ainsi que la puce éléctronique et les jours passé en fourrière nous font un total de 120 euros.
Surprises mais aussi indignées de cette demande d’argent, nous avons tentées de négocier le prix puisqu’il s’agissait juste de sortir un chaton d’une fourrière pour le placer en association.
Le monsieur avec qui on parlait, a refusé catégoriquement comme s’il ne voyait que par l’argent, laissant la vie du chaton de coté.
Nous sommes parties acceptant celà pour éviter qu’ils ne décident de l’euthanasier. Nous ne pouvions pas nous permettre de prendre des risques.

Le soir même, nous avons lancé un appel à l’aide, pour ce chaton, sur un forum, « rescue », deuxième famille, dont tous les membres se battent pour les animaux. Plusieurs réponses pour nous aider. Finalement après plusieurs idées, une directrice d’une association, a appelé cette fourrière leur expliquant la situation.
Elle réussira a ce qu’on puisse sortir le chaton pour 60 euros. Beaucoup trop pour deux adolescentes, nous avons été aidé par une très généreuse personne, qui nous fournira la somme de 30 euros. Moi et Audrey nous avons ajouté le reste.

Encore une fois nous nous rendons à cette fourrière, cage à la main persuadé qu’on en sortira avec le chaton rapidement.
Mais tout bascule dans l’horreur.
On nous refuse de nous remettre le chaton pour 60 euros. Apparemment, la directrice de la fourrière, n’aurait pas parlé de l’arrangement effectué aux employés. Pendant deux heures nous parlerons avec, si je puis me permettre, un imbécile de taille ! Il ne voyait que par l’argent, c’était 120 euros ou rien ! On avait beau lui expliqué que c’était le dernier jour de délai pour le chaton, qu’il pouvait être euthanasier, il nous répondait avec son air de supérieur « 120 euros ou rien ».
Pour ma part, impossible de rester calme, il faut que je sorte, les nerfs ont craqués devant cet homme sans cœur. La haine est plus que présente face à un tel con.

Finalement Audrey sort, appel la directrice de l’asso, lui explique la situation. Elle raccroche, la dame rappel la directrice de la fourrière pour lui expliquer la situation, le stress est au rendez vous, on a toutes les trois peur de repartir sans le chaton, de le perdre et de le laisser à ces personnes qui, quelques jours auparavant criait en s’amusant : « qui vient tuer des chats avec moi ? ».
Le téléphone sonne, c’est la directrice. Elle nous dit qu’elle va directement appelé à la fourrière pour faire part de l’accort qui à été fait aux employés. Donc nous retournons dans la pièce, heureusement, cette fois, c’est une jeune fille agréable qui nous accueille. Le téléphone sonne, une fois, personne réponds. Une deuxième fois, et la jeune femme décroche. Elle nous souris, nous faisant comprendre que c’est bon. Le chaton repartira avec nous… La pression, la colère, la peur, la haine, toute l’angoisse accumulés laissent place à la joie. On rempli les papiers. Le chaton s’appellera shirley.

En attendant de la récupérer, nous devons attendre que la miss soit pucée.
C’est pas grave, on attend, maintenant qu’on sait qu’elle partira avec nous. Puis au bout d’un moment on nous appelle.

On monte les marches qui nous amènent à la salle où elle se trouve. On arrive, l’écœurement, le dégoût prennent place en nous.
Shirley est dans une boite a chat, rempli d’excréments, maigre à en faire peur. On nous la sort comme un détritus, je l’attrape, je sens ses os.
L’horreur. La petite shirley me sert le cœur, elle est maigre à en mourir, elle est épuisée et rempli de ses excréments. On pourrait croire que pendant ses huit jours, elle n’a pas beaucoup été prise en charge…

On arrive à la maison, chez moi. Shirley sort de sa malle, direction la salle de bain. Elle doit prendre une douche. Après l’avoir bien lavée et séchée, elle se jette sur la nourriture. Ensuite elle cherche du réconfort auprès de ma chienne, pour finir dans mes bras. La petite a le regard vide, elle ne joue pas. Elle a le regard percent, qui reflète la douleur. L’envie de vivre n’est pas présente en elle. Il suffit de la voir s’étaler et de la regarder droit dans les yeux pour comprendre qu’elle a souffert.
Dit moi shirley, que t’on t-ils fait ?.
Puis Nadia, la récupérera, et la soignera. Elle nous la sauvera car aujourd’hui les photos de shirley respirent la joie de vivre… Merci Nadia et tout ceux qui nous auront aidé à la sauver. Infiniment merci."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jocelyne
sourissette
sourissette


Nombre de messages : 38
Date d'inscription : 04/11/2006

MessageSujet: Re: L'histoire de Shirley, petite rescapée de la fourrière...   Jeu 26 Avr - 3:39

C'est revoltant Evil or Very Mad

Un grand bravo à ces jeunes filles qui ont tout fait pour Shirley qui est devenue magnifique I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 385
Date d'inscription : 06/09/2006

MessageSujet: Re: L'histoire de Shirley, petite rescapée de la fourrière...   Ven 10 Aoû - 2:33

Une petite photo de Shirley, en vacances chez moi I love you .
La puce a été rebatisé "Trompette" par son maître lol!

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'histoire de Shirley, petite rescapée de la fourrière...   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'histoire de Shirley, petite rescapée de la fourrière...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» petite histoire de chèvre..
» une petite histoire de chèvres...
» Une petite histoire de dent.....
» 1 petite histoire
» Gipsy et son histoire (magnifique).

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ecole du Chat de Saint Denis :: PRESENTATION et PAPOTAGE :: Galerie photos-
Sauter vers: